PREMIERS MOIS

Pendant la vie intra-utérine, les différents systèmes corporels (nerveux, digestif, respiratoire, musculo-squelettique, etc.) mûrissent, grandissent et se développent. Ils permettront dès la naissance les fonctions essentielles de la vie à travers les différents réflexes archaïques communs à l’espèce humaine. C’est pour cette raison que les influences internes et externes affecteront la maturation correcte des systèmes mentionnés.  

Chez UNEA, nous réalisons une approche globale du nouveau-né avec la collaboration de la famille et de son entourage, afin d’aborder toutes les éventuelles altérations qui perturbent le bon développement du bébé.

Nous croyons en l’importance de la prévention, par conséquent nous conseillons d’effectuer un travail préliminaire avant et pendant la grossesse. À partir de la naissance, l’entourage et l’individu lui-même qui vient de naître expérimentent plusieurs types de changements. Au sein de la famille, les relations et la dynamique familiale ou de couple se modifient radicalement : changements dans les relations fraternelles, nouvelles identités (maternité et paternité), changement de rôles, établissement de hiérarchies, etc. Tout cela peut amener à des modifications que nous ne sommes pas capables de gérer et d’adopter, ce qui complique le développement psychosocial du nourrisson. Dès lors, en considérant le bébé comme une part d’un contexte social primaire, c’est-à-dire d’un système essentiel tel que la famille, il importe de désengrener le fonctionnement du système pour que tout le monde puisse ainsi contempler les émotions du bébé, en permettant à chacun d’être dans une position optimale pour proposer son aide dans les moments difficiles (à l’apparition de la colère, la tristesse et la frustration) et aussi en étant dans une meilleure position pour apprécier ensemble les moments merveilleux de joie et de bonheur.

Le bébé souffre de ce que l’on appelle le premier traumatisme. À partir du moment où il existe une grossesse à problèmes, un accouchement long ou un accouchement assisté, il existera des dysfonctions au niveau crânien, c’est-à-dire une rotation des méninges, des chevauchements crâniens ou bien une diminution de la taille des orifices crâniens.

  • Seulement 12 % des enfants possèdent un crâne libre, sans symptômes.
  • 82 % des enfants présentent un problème crânien, mais sans symptômes.
  • Parmi les enfants sans symptômes, 39 % ont un occipital libre dans son mouvement crânien, 18 % ont une symphyse sphéno-basilaire mobile, libre.
  • Chez les enfants agités, 95 % possèdent une lésion de l’os occipital et peuvent être traités.

La première action biologique volontaire du nourrisson est celle de sucer pour pouvoir se nourrir, l’allaitement commence ici. Ce processus joue un rôle clé car il fournit l’alimentation nécessaire pour vivre, que ce soit un allaitement naturel ou un allaitement artificiel. En outre, il est important pour le lien entre la mère et le nouveau-né. Dans cette étape, la mère doit avoir une alimentation adaptée qui garantit l’hydratation, la nutrition et le gain de poids. Dans l’allaitement naturel, le nourrisson recevra l’aliment consommé par la mère.

C’est lors de l’allaitement que le système immunitaire du nourrisson apprend à développer une tolérance à de nombreux micro-organismes qui habitent dans notre tube digestif. C’est pourquoi une alimentation équilibrée de la mère et du nourrisson sera cruciale pour éviter que, plus tard, des altérations comme les maladies auto-immunes, les allergies, l’asthme, le psoriasis, etc. se produisent.

Prenez contact

avec nos professionnels du domaine des premiers mois afin d’être conseillé(e) sur l’approche globale de votre nouveau-né de manière à favoriser son bon développement.